Le Billet du Maire

Bonsoir Mesdames, bonsoir Mesdemoiselles, bonsoir Messieurs,
Chers concitoyens,
Je suis très heureux  de vous recevoir aussi nombreux pour cette sixième et dernière cérémonie des vœux de notre mandat ; un grand merci à vous tous !
Permettez-moi de saluer la présence à nos côtés de notre Conseiller Général, Michel CHARTIER et de plusieurs autres personnalités :

  • Mon  collègue Maire de Montagny,
  • Notre ancien Maire, Michel MATHIEU,
  • Madame la principale du collège et nos deux directrices d’écoles,
  • Quelques-uns des professionnels de notre maison de santé….
  • Et notre Miss Régny 2013… Pardon à tous ceux que j’oublie !

Permettez-moi d’excuser quelques absences, dont celle de mon épouse Laurence, qui a préféré ce soir la compagnie de Maxime Le Forestier au scarabée à celle de son époux… Compte tenu des multiples absences que celui-ci lui a fait subir ces six dernières années, je crois qu’on peut lui pardonner… D’autant qu’elle m’a chargé de vous transmettre ses bons vœux.
C’est donc la sixième et dernière fois de ce mandat, que j’ai le plaisir de vous recevoir pour cette désormais traditionnelle cérémonie des vœux.
C’est évidemment l’heure du bilan de six années de travail d’une équipe municipale qui, je le crois - mais c’est à vous d’en juger -  n’a pas démérité.
Je voudrais vous inviter ce soir à mesurer avec nous le chemin que nous avons parcouru.
Avec mon équipe municipale, nous avions une ambition, un projet, un avenir pour Régny…
Ce projet, nous avons souhaité l’inscrire dans une logique de « développement durable », avec des objectifs économiques, sociaux et environnementaux et une démarche de « démocratie participative », qui donne à chacun de vous (je devrais dire à chacun de nous !), la possibilité de s’exprimer, de s’adresser à ses élus pour critiquer, donner son avis ou faire des propositions.
J’espère que nous y sommes, au moins en partie, parvenus.
Je constate en tout cas que nombreux sont ceux qui parmi vous n’hésitent pas à nous interpeller quand ils ont quelque chose à dire… C’est pour moi un élément très positif et un gage de proximité avec chacun d’entre vous. La proximité avec les citoyens, c’est précisément qui fait tout l’intérêt et la spécificité de la fonction de Maire, fonction que j’ai pour ma part beaucoup de plaisir à exercer.
Mais revenons à notre bilan.
Je pense que vous vous en souvenez tous, notre première action fut de desserrer l’étau financier qui asphyxiait la commune depuis 15 ans, qui empêchait concrètement la réalisation de tous travaux d’envergure…
Nous l’avons fait, avec l’aide de Michel CHARTIER, dans les toutes premières semaines de notre mandat, en renégociant et rééchelonnant notre dette, ce qui nous a permis de dégager tous les ans, une fois payé le personnel, les charges courantes et remboursé nos emprunts, entre 120.000 à 150.000 € de crédits disponibles.
Nos moyens financiers, malgré le poids de notre fiscalité, demeurent donc limités, il faut en avoir conscience et ne pas chercher à tout vouloir faire en même temps.
Hormis la Maison de Santé, pour laquelle nous avons décidé de recourir à l’emprunt, sachant que nous allions percevoir des loyers pour payer les annuités, nous avons tout réalisé sur fonds propres.
Avec des contraintes financières importantes et des objectifs précis, j’estime que nous avons réussi en 6 ans à réaliser et faire bouger beaucoup de choses…
Rassurez-vous, je ne vais pas vous énumérer ce soir l’inventaire complet de nos réalisations.
Vous me permettrez seulement de revenir sur celles qui nous paraissent les plus significatives de l’atteinte des objectifs de développement durable que nous nous sommes fixés et pour lesquels nous avons obtenus, à notre grande satisfaction, l’an dernier le label « notre village terre d’avenir » et cette année, tout récemment, du Ministère de l’Ecologie du développement Durable et de l’Energie, la reconnaissance officielle de notre « agenda 21 local » :
Je citerai donc en matière de travaux :

  • La conception, la réalisation et la mise en service de notre Maison de Santé ;
  • L’arasement du seuil et la suppression de la zone inondable sur le site industriel JALLA, qui pourra, de ce fait, être un jour réhabilité et réoccupé par des entreprises ;
  • L’assainissement du hameau et du site industriel du forestier ;
  • La démolition du quartier des berges du Rhins (rue du pont et rue des teinturiers) et le relogement des anciens propriétaires avec les fonds Barnier ;
  • La mise en sécurité et en dérivation et la rénovation de l’étang du Chavenan ;
  • La rénovation des courts de tennis, la construction d’un dojo d’entraînement et divers  aménagement pour nos associations sportives ;

En matière d’animation et de services à la population,

  • La mise place et l’action du comité d’animation,
  • La constitution et le soutien au Club des jeunes,
  • Les actions du Conseil Municipal Enfant et Jeunes,
  • Les comités consultatifs,
  • La structure d’animation locale et le dispositif d’animation périscolaire,
  • Le Rhins Murmure,
  • L’action du CCAS avec le repas et le colis des anciens…

Avec le PLU qui sera prochainement arrêté par le Conseil Municipal, ce sera l’un derniers actes de l’équipe en place, nous allons enfin pouvoir inscrire cette ambition dans l’espace et dans la durée.
Permettez-moi de saluer le travail de toute une équipe, Maire, Adjoint et Conseillers Municipaux, en tout 19 hommes et femmes d’origines et de personnalités très diverses avec qui j’ai eu énormément  de plaisir à travailler et que je vais personnellement beaucoup regretter, permettez-moi de les citer tous par leurs prénoms : Jacqueline, Ben, Jean-Pierre, Jean-Paul, Chrystel, Pierre, Delphine, Manue, Camille, Stéphanie, Nicolas, Souhéla, Jacques, Frédéric, Fabienne, Thierry, Marc et Yoann. Un grand merci à tous !
Au bilan de ces six années d’action municipale, je n’aurai qu’un regret, celui d’avoir le plus souvent échoué, avec nos délégués, à faire valoir notre point de vue et nos intérêts au sein de notre intercommunalité.
Nous aurons au moins réussi ce qui était notre priorité numéro 1 : le passage à la TPU, soit la mise en commun de la fiscalité des entreprises, réalisée in extremis au 1/1/2012, juste avant la quasi fermeture de notre site industriel JALLA…
Pour le reste, à notre grand regret, les communes de la CoPLER, contrairement à nos voisins de la Loire et du Rhône, continuent à supporter seules leurs charges de voirie, d’assainissement, d’aménagements et d’équipements urbains…
Pour ce qui me concerne au sein de la CoPLER, vous l’avez lu dans la presse, j’ai été empêché d’exercer ma délégation, le Président s’étant opposé, faute de vouloir y consacrer des moyens suffisants,  à la mise en œuvre du Programme Local de l’Habitat que je proposais, qui prévoyait la rénovation de plusieurs centaines de logements, à Régny et dans les autres communes.
Moi qui suis géographe de formation, j’ai regretté les choix opérés par la CoPLER dans son projet territorial (celui de rester seuls quand les autres se regroupaient, celui de bâtir un projet de développement avec Feurs plutôt qu’avec Roanne…) : le résultat, pour nous à Régny qui vivons dans le bassin de vie de Roanne, c’est que nous sommes aujourd’hui dans un vaste Schéma de Cohérence Territorial avec Feurs et que nous serons demain, en plus, dans un grand canton avec Charlieu : Je crois que l’on peut difficilement faire pire !
Sur le bilan du mandat, ce sera ma conclusion.
Cette année, vous le savez tous, vous serez amenés à élire notre nouveau Conseil Municipal. Avec la réforme territoriale, vous élirez en même temps, dans le cadre d’un scrutin sur listes bloquées, avec une stricte parité hommes/femmes, sans possibilité de panachage,  nos Conseillers Communautaires.
Dites-vous bien que ce sera le principal enjeu de cette élection ; demain, seule une intercommunalité plus forte et plus solidaire pourra être à même de porter les projets dont nous avons le plus besoin, comme la requalification du site industriel JALLA et la rénovation des immeubles du centre bourg.
A la lecture des propos tenus dans le progrès d’aujourd’hui par mon collègue Maire de Neulise, qui a décidé lui aussi de se représenter, vous pourrez constater que notre objectif et notre vision d’une intercommunalité plus forte et surtout plus solidaire ne sont  pas, malheureusement, partagés par tous.
Dans ces conditions, j’espère que vous serez très nombreux à aller voter  les 23 et 31 mars prochains, pour montrer votre attachement à notre ville de Régny et votre foi dans son avenir.
En attendant, je cède la parole à notre Conseiller Général et ami, Michel CHARTIER, que j’inviterai ensuite à partager avec nous le verre de l’amitié.
Je vous souhaite à tous une belle et heureuse année 2014.


Monsieur le Vice-Président du Conseil Général, cher Michel,
Monsieur le Président de la CoPLER ,
Mesdames et messieurs les élus et anciens élus,  chers collègues,
Mesdames et messieurs, chers amis,
Bonsoir à tous et merci d’’être venus aussi nombreux, cette année encore.

L’année 2012 qui vient de s’achever n’a pas été pour nous tous, je le pense, en tout cas pour nous, équipe municipale, une année de tout repos !
Permettez-moi, à cette occasion, de saluer « l’homme de l’année 2012 » à Régny, celui qui s’est donné sans compter pour la commune et sur tous les fronts, celui qui a suivi presque jusqu’à l’épuisement les deux plus  gros chantiers de la commune, la maison médicale et l’assainissement ; je veux bien entendu parler de mon 4ème adjoint, Jean-Paul GEY, qui est malheureusement absent ce soir, cloué au lit par une grosse grippe.
Je tiens tout particulièrement, aujourd’hui, à lui rendre devant vous l’hommage qu’il mérite : un grand merci à toi, Jean-Paul, en te souhaitant un prompt rétablissement !
Je reviendrai bien sûr tout à l’heure sur le bilan de l’année 2012, mais je peux d’ores et déjà  vous dire que l’année 2013 s’annonce tout aussi chargée.
Qu’en sera-t-il de cette année 2013 ?
Le contexte national et international est particulièrement morose, avec la crise économique, sociale et financière dont nous ne voyons toujours pas l’issue, avec la montée de par le monde (dès que l’on s’éloigne un peu de notre vieille Europe) des antagonismes, politiques ou religieux,  qui dégénèrent en de multiples conflits ou guerres civiles atroces, dans l’indifférence ou en tout cas dans  l’inaction coupable des institutions internationales qui sont censées nous protéger.
Notre environnement local n’est bien entendu pas épargné par la crise, il suffit d’ouvrir le journal pour s’en rendre compte.
Mais à Régny tout particulièrement, il nous faut faire face aujourd’hui à la quasi-fermeture très prochaine du site industriel JALLA/ DESCAMPS, là où plusieurs générations de Régnyçois (vos parents, vos grands-parents peut être) ont travaillé depuis plus d’un siècle !
C’est bien sûr un vrai traumatisme, même si cette issue nous l’avons vue venir et nous la redoutions tous, sans trop oser se le dire, depuis longtemps !
Ces cinq dernières année que je qualifierais d’agonie de l’usine JALLA, de réductions d’activité en restructurations et plans sociaux, nous les avons tous très mal vécus.
Nous avons voulu croire fin 2010, avec les salariés, au projet porté par la Maison de la Literie qui constituait sans doute, nous en avons la preuve aujourd’hui par le contraire, l’ultime espoir de sauver le site…
Mais telle n’a pas été la décision du tribunal de commerce, avec la suite que l’on sait !
Nous en tirons aujourd’hui la conclusion que nous sommes tous désarmés au plan local, face une logique implacable et purement financière de désinvestissement, de réduction des coûts et des effectifs jusqu’à rendre l’usine de Régny définitivement non viable.
Dans les faits, vous le savez tous, le site est à l’arrêt déjà (ou quasiment) depuis plusieurs mois.
Nous savions tous que cela ne pourrait pas durer et nous savons tous aujourd’hui (par la presse et par les syndicats) qu’il ne redémarrera pas.
Qui peut raisonnablement à croire à la réalité du projet qui est avancé aujourd’hui de maintenir une activité de confection (de draps, pas d’éponge !) sur le site ?
Personne ne sait trop en quoi consiste ce projet, si ce n’est qu’il permet aujourd’hui de justifier - sur le papier - le fait de maintenir (provisoirement ?) une vingtaine d’emplois sur le site…
En tout cas, la décision qui a été prise de fermer le tissage et la teinture ne laisse aucun doute sur le sort qui est réservé par la direction de DESCAMPS au site de Régny.
Cette décision, comme celle qui a frappé l’usine Conté en 1986, nous n’avons malheureusement d’autre choix que de la subir.
Il se trouve heureusement que nous ne sommes plus seuls.
Vous avez tous, je le pense, remarqué la présence à mes côtés de Claude JANIN et je le remercie d’avoir bien voulu accepter mon invitation.
Je voudrais tout de suite vous rassurer, nous ne sommes pas subitement devenus amis : le sujets qui nous opposent ne manquent pas et nos divergences sont toujours aussi profondes.
Pour autant que nous soyons adversaires, ce qui ne fait aucun doute, nous ne sommes pas pour autant des ennemis : sur un sujet aussi grave que celui de la restructuration de Jalla et du devenir du site industriel, nous avons estimé tous les deux (je peux le dire Claude ?) que nous devions – au moins sur ce sujet - faire taire nos divergences et que nous avions obligation à travailler ensemble.
Il était important que nous soyons tous les deux ici ce soir, avec notre Conseiller Général, pour témoigner, nous élus locaux, de notre soutien et de notre solidarité aux salariés licenciés comme à ceux qui vont demeurer sur le site, dans l’incertitude sur le futur de leur emploi.
Je laisserai M. JANIN vous en parler tout à l’heure, mais je voudrais d’ores et déjà saluer la décision qu’il a fait prendre à la CoPLER il y a un an, une fois n’est pas coutume avec le soutien du Conseil municipal de Régny : celui du passage à la taxe professionnelle unique.
Cette décision fait que depuis le 1er janvier 2012, la CoPLER perçoit à la place de nos communes et mutualise ainsi tous les produits de l’ex-Taxe professionnelle (aujourd’hui la CFE et CVAE).
Lorsque nous subissons ce que nous subissons aujourd’hui à Régny, ce n’est évidemment pas neutre.
La contrepartie de tout cela, c’est évidemment que notre Conseil Municipal est dessaisi de tout pouvoir d’intervention économique au profit (ou à la charge) de la CoPLER.
Même si nous sommes décidés à continuer à travailler ensemble sur le site Jalla comme nous l’avons fait jusqu’à ce jour, c’est bien à la Communauté de Communes qu’il revient aujourd’hui le soin d’intervenir sur ce dossier et d’accompagner la nécessaire restructuration du site industriel, sachant qu’elle s’occupe déjà du Forestier... Je mesure la responsabilité qui est la sienne !
Ce que je veux dire devant vous au Président de la CoPLER, c’est que sur ce sujet, s’il en engage les moyens de la CoPLER, nous serons solidaires : il pourra compter sur le soutien politique et financier (sous forme de fonds de concours) de la Commune de Régny.
Je que veux dire devant vous et le Président de la CoPLER à notre Conseiller Général, mais il le sait déjà, c’est que nous comptons tous sur lui pour faire réaliser rapidement les travaux indispensables sur les deux ponts SNCF de la RD9, ceci afin de garantir le passage de tous les poids lourds : Sans cela, il sera bien entendu très compliqué de trouver des entreprises pour venir réoccuper nos sites industriels…
Permettez-moi maintenant de revenir sur les réalisations de l’année 2012.
J’ai déjà été long, je vais essayer d’être plus rapide.
Le gros dossier de l’année 2012, je devrais dire le dossier du mandat, cela a été, bien entendu le dossier de la maison de santé.
Elle a ouvert ses portes, comme vous le savez, le 1er avril 2012 avec, sur deux étages, deux médecins, un cabinet de kinés, un autre d’infirmières, une psychologue et un pédicure-podologue, le rez-de chaussée sur la rue Jean Devilaine étant occupé par les services sociaux du Conseil Général.
Sur le plan des travaux, nous avons eu quelques soucis, aujourd’hui réglés grâce au travail effectué par Jean-Paul, en matière d’insonorisation des cabinets médicaux et diverses finitions.
Sur le plan du fonctionnement, nous avons également connu des difficultés suite au départ en août du Dr Paire-Tavernier et non remplacé jusqu’à ce jour.
Jean-Paul DEVEAUX, à l’approche de la retraite, a donc été contraint de travailler seul durant 6 mois au sein de la maison de santé.
Permettez-moi de saluer son courage et son sens de l’intérêt public !
Je vous rappelle qu’au départ une jeune médecin avait promis de s’installer en libéral aux côtés de JP DEVEAUX au sein de la maison de santé ; elle a fait défection six mois avant l’ouverture, en plein chantier, alors qu’aucun retour en arrière n’était plus possible.
Dans cette situation, toute une équipe s’est mobilisée autour de Michelle MULSANT et Jacqueline MONNIER pour trouver des médecins et nous avons été contraints d’innover ; nous avons été les premiers en France a expérimentera un partenariat avec l’hôpital pour la mise à disposition d’un médecin salarié, ce qui nous a permis de démarrer.
C’est également ce qui va nous permettre d’accueillir, le 1er février prochain, un jeune médecin grec de 42 ans, parlant parfaitement le français (merci surtout à la publicité qui nous été faite par France 2 !), en attendant un second et peut-être un troisième, quand Jean-Paul aura pris sa retraite.
L’autre gros dossier a été celui de l’assainissement. Cumulés au travaux du réseau de gaz qui dessert aujourd’hui St Symphorien et Fourneaux, les travaux d’assainissement ont beaucoup compliqué la circulation dans Régny durant de nombreux mois : merci à tous d’avoir supporté tout cela sans trop de récrimination.
Aujourd’hui le  hameau du Forestier et le site industriel (demain sans doute celui des bois), le quartier de la marine et de la place du château, sont raccordés et nous avons également mis en séparatif le quartier de la rue P. DEPIERRE.
Ainsi, il n’y a plus, en principe, dans la traversée de Régny, de rejets directs de l’assainissement dans la rivière.
Jean-Paul s’est également occupé du chantier, en voie d’achèvement, de déplacement du transformateur de la rue des teinturiers, en zone inondable, jusqu’à la rue du pont, avec l’enfouissement des lignes électrique et la rénovation de l’éclairage public du quartier.
Les autres dossiers ont été menés par Jean-Pierre avec la mise en sécurité de la rue de bassy, vers les écoles, la fin des travaux de l’étang du chavenan et  divers travaux de voirie, dont l’ouverture d’un premier passage depuis Verveaux pour le déneigement du quartier des bois et la réfection du parking place de la Mairie, pour un meilleur accès au marché.
Ben quant à lui s’est occupé notamment de la construction du nouveau DOJO et du nouveau terrain pour la pétanque.
Restent nos deux adjointes, Jacqueline et Chrystel, qui a défaut de bétonner et goudronner Régny comme leur collègues masculins ménagent un peu plus les finances de la commune, mais sans économiser leur peine et – le plus souvent – avec le sourire, ce qui est particulièrement précieux : je vous embrasse toutes les deux !
Voilà rapidement résumé le bilan d’une année très chargée.
Quels sont maintenant nos projets pour 2013 ?
Je vais d’abord être très prudent ; nous ne ferons en 2013 que ce que nos moyens financiers nous permettront.
Comme vous le savez, les finances publiques sont en crise et les aides de l’Etat, du Conseil Général ou de la Région ne peuvent aller qu’en diminuant : il convient donc de rester prudents et d’attendre le vote du budget pour vous annoncer surement ce que nous allons pouvoir mettre en œuvre…
Pour autant, certaines actions sont déjà engagées, comme la démolition par EPORA des immeubles rue des teinturier et rue du Pont situés en zone inondable opération financée à plus de 80% sur les « fonds Barnier » (ceux qui ont servi à indemniser les victimes vendéennes de la tempête Xyntia).
A ces démolitions devrait s’ajouter, avec l’aide du Conseil Général et du Sénateur FOURNIER, celle de l’immeuble dégradé situé face à la maison de santé.
Nous disposerons ainsi d’un passage direct de la maison de retraite à la maison de santé et d’un vaste parc urbain au bord du Rhins, qui pourra servir occasionnellement de parking pour nos manifestations.
D’autres aménagements urbains sont prévus, pour peu que l’on puisse signer le Contrat Communal d’aménagement qui nous garantira les financements du Conseil Général ; il s’agit notamment :
du réaménagement et du doublement des parkings vers les écoles et la salle des fêtes ;
de la rénovation complète de la rue du pont et de la rue Jean Devillaine après réfection de la canalisation d’assainissement ;
de la desserte de sécurité (déneigement, incendie et secours à la personne) du quartier des bois depuis Verveaux.
Un autre chantier est celui de l’urbanisme :
Le PLU (plan local d’urbanisme) et l’AVAP (aire de mise en valeur de l'architecture et du patrimoine) sur le centre-bourg,  devront être finalisés cette année, avec la mise en place du nouveau zonage pour la construction, les équipements et services publics et privés dont la commune a le plus grand besoin pour accompagner – souhaitons-le - sa croissance démographique retrouvée dans notre secteur de la vallée du Rhins, de St Victor à Pradines en passant par Régny (1615 habitants recensés début 2011).
Les orientations de ce PLU sont connues ; il s’agit de favoriser la « re-densification » du centre-bourg et de ses abords, aussi bien en population qu’en activités commerciales et de services, de préserver les sites industriels existants. Nous voulons y faire figurer clairement deux projets qui nous paraissent essentiel pour préserver l’avenir de la commune : le projet de reconstruction ou de restructuration de la maison de retraite et celui (à plus long terme ?) de l’aménagement d’une gare routière, d’un site de co-voiturage et d’une petite zone artisanale au abord de la gare.
Pour cela, je compte beaucoup sur les fruits du travail et de la démarche engagée par Jacques avec son équipe du comité de pilotage de « village terre d’avenir » pour faire avancer nos idée et nos projets sur la voie du développement durable.
Comme vous le savez sans doute déjà, je gardais cela pour la fin, pour conclure sur une note résolument optimiste, le travail effectué par Jacques et son équipe a été récompensé et la commune de Régny vient d’obtenir le label « village terre d’avenir » pour son agenda 21 local et pour une durée de trois ans, label que nous irons chercher à Paris tous les deux le 23 janvier prochain.
Merci encore à toi, Jacques et à toute l’équipe du comité de pilotage pour la qualité et l’efficacité de votre travail.
Voilà mesdames et messieurs de quoi bien nous occuper jusqu’à la fin de notre mandat, jusqu’aux prochaines élections municipales et communautaires (puisque vous élirez en même temps vos représentants à la CoPLER), prévues en mars 2014.
En réponse à ces propos, certains d’entre vous ont sans doute envie de nous poser la question : allez-vous vous représenter ? Je répondrai, pour ce qui me concerne, que je n’ai pas pris de décision.
Un mandat municipal, c’est une grosse responsabilité, mais en tout cas dans nos catégories de communes, ce n’est en aucun cas un métier.
Pour l’exercer, il faut en avoir envie, il faut des projets, il faut une équipe d’hommes et de femmes motivés et solidaires, et demain encore plus avec l’obligation de composer des listes complète et paritaires.
Ce que l’on peut dire, d’ores et déjà, c’est que l’enjeu des prochaines élections, sera beaucoup plus intercommunal que communal, c’est donc sur son projet communautaire plus que communal qu’il conviendra de choisir votre nouvelle équipe municipale.
C’est à ce niveau-là, de plus en plus, nous l’avons vu pour Jalla et M. JANIN ne me contredira pas, que se prendront les vraies décisions…
En deux mots donc, c’est beaucoup trop tôt pour le dire ; je verrai avec mon équipe ceux qui souhaitent repartir, nous verrons fin 2013 si d’autres bonnes volontés veulent se joindre aux sortants et former une nouvelle équipe pour se présenter à vos suffrages, car c’est bien vous qui déciderez, au bout du compte, qui devra nous succéder.
Pour ce qui me concerne, je vous ferai connaître ma décision lors des vœux de l’année prochaine. Sur ce, permettez de vous souhaiter à toutes et à tous une belle et heureuse année 2013 !

Newsletter

Restez informé(e) : abonnez-vous à la newsletter.
Conditions d'utilisation