Le Billet du Maire

Chers concitoyens, chers amis, biens chers tous,
Merci d’avoir pris un peu de votre temps et d’être venus aussi nombreux pour partager ce moment de convivialité.
Permettez-moi tout d’abord de saluer les personnalités des communes voisines qui nous font l’honneur de leur présence :
Notre Conseiller Général, Michel CHARTIER,
Monsieur le Maire de Montagny.
J’en profite également pour saluer la présence de notre ancien Maire et ami, Michel MATHIEU, et pour vous transmettre les excuses de M. le Sous-préfet de Roanne, de Mme la principale du collège (en réunion au rectorat), de M. l’Adjudant  commandant de la Brigade de Gendarmerie de Saint Symphorien de Lay, et de notre collègue, Maire de Pradines.
C’est la quatrième foi que j’ai le plaisir, avec mon équipe municipale, de vous convier pour une cérémonie des vœux.
Nous sommes aujourd’hui aux deux tiers de notre mandat ;  même s’il reste encore beaucoup à faire (je veux en laisser un peu à ceux qui nous succéderont !) je crois que chacun peut aujourd’hui  mesurer le chemin que nous avons parcouru.
Notre voulions, en 2008, changer la méthode de gestion de la Commune, être tous très accessibles, travailler dans la concertation et la participation de tous les citoyens qui le peuvent et qui le veulent.

 


Nous avons mis en place des outils : les comités consultatifs, le conseil municipal jeunes et enfants, le comité d’animation, l’association du patrimoine et, dernièrement, le comité pilotage du projet « notre village terre d’avenir », piloté par Jacques FAVRE.
Nos objectifs n’ont pas changé, redynamiser le village, accueillir de nouveaux habitants et de nouvelles activités ; nous avons pour cela engagé la révision de notre PLU et mis en œuvre une aire de valorisation du patrimoine sur le centre bourg, nous démarrons aujourd’hui un agenda 21 pour inscrire résolument notre action dans une logique de développement durable.
Les résultats officiels du recensement de la population de 2011 (permettez-moi de remercier encore nos agents recenseurs pour la qualité et le sérieux du travail effectué !) nous donnent officiellement une population 2011 de 1615 habitants (+ 6% par rapport à 2006) ; ces résultats (qui seront officiels fin 2013) nous confortent dans nos objectifs et dans le bien fondé de notre projet : il y a bien un avenir pour Régny !
Toutefois, notre pays, la France, l’Europe et le monde sont aujourd’hui en crise ; cela rejaillit inévitablement sur notre moral et nous incite à modérer quelque peu notre optimisme.
Il est clair qu’il faut s’attendre à des difficultés nouvelles au cours des prochains mois… Cela ne peut que nous inciter à la prudence.
Il nous faudra continuer à gérer la commune de manière optimale, en réduisant, si possible, nos charges de fonctionnement pour pouvoir mobiliser un maximum de ressources à la réalisation de nos objectifs, sans recours à l’emprunt, sauf, je le précise :
pour les travaux d’assainissement dont la réalisation nous est imposée (les rejets directs dans la rivière, comme c’était le cas au forestier ou au quartier de la marine, ne sont plus tolérés) ;
pour les opérations productrices de ressources ou de loyers (c’est notamment  le cas pour notre maison de santé).
Ce mode de gestion que nous appliquons depuis bientôt 4 ans, depuis la renégociation de notre dette, nous permet de dégager tous les ans environ 150 000€ d’autofinancement.
Cet autofinancement nous aura permis de mener à bien de nombreux projets et d’ouvrir de nombreux chantiers ; comme l’heure n’est pas encore au bilan, je ne vous ferai grâce, cette année, de l’énumération compète de ces réalisations ; permettez-moi seulement de saluer le travail de mes adjoints en charge du suivi de ces projet et travaux :
Ben pour les équipements sportifs et de loisirs,
Jean-Pierre pour la voirie et les espaces publics,
Jean-Paul pour les bâtiments et les réseaux,
Chrystel pour l’enfance et la vie scolaire.
Un grand merci à eux pour leur travail, en précisant que ces remerciement vont également à tous les conseillers qui travaillent avec eux au sein des commissions municipales.
Merci enfin à Jacqueline, ma très dévouée première adjointe, qui pallie grandement à l’indisponibilité récurrente de son Maire, qui « se tape » tout le suivi des affaires courantes, la gestion quotidienne du personnel et du public de la Mairie : inutile de dire que, sans Jacqueline, il vous faudrait vite changer de Maire et en trouver un autre beaucoup plus disponible, ou plus retraité… Tu vois Jacqueline que je sais précisément ce que je te dois (et en plus il faut que tu me supportes !).
Vous me permettrez seulement d’évoquer les deux gros chantiers qui se terminent, ceux que précisément que nous avons financés par l’emprunt, en faisant travailler nos deux banques locales, le Crédit Agricole et le Crédit Mutuel :
1) Celui de l’assainissement des quartiers de la rue P. DEPIERRE, de la place du château, de la Marine et de la Carcelle, et du Forestier. Ces travaux étaient indispensables, pour ne pas dire obligatoires.
Ils devraient permettre de réduire sensiblement les pollutions dans le Rhins, qui est aujourd’hui beaucoup plus propre que par le passé, ils devraient améliorer le fonctionnement de notre station d’épuration , qui manque d’effluents domestiques en mélange pour traiter efficacement l’effluent de Jalla et qui souffre de beaucoup trop d’apports en eau claires parasites.
J’ajouterai que ces travaux vont permettre de pérenniser l’activité économique du site du Forestier, pour peu que la CoPLER, comme elle vient de s’y engager, réalise enfin les travaux d’aménagement qu’elle nous promet depuis 5 ans.
Vous me permettrez, à l’occasion de ses vœux, de présenter officiellement mes excuses à tous les riverains de ces travaux d’assainissement (et de la maison de santé) pour la gêne occasionnée durant ces travaux.

2) Celui de la maison de santé.
Cette opération, nous l’avons souhaitée dès le début de notre mandat. Je me souviens d’une première réunion avec les professionnels, à l’été 2008, ou l’on nous annonçait déjà le départ prochain des kinés et des dentistes ; l’ambiance n’était franchement à l’optimisme !
Le projet a toutefois progressivement pris corps, grâce à l’appui déterminant du Dr MUZELLE et du pôle de Santé qu’il créé, avec ses collègues, sur le secteur médical de garde.
Je tiens à le dire, nous n’aurions jamais mis en route un tel projet sans une implication forte des professionnels de santé dans le projet : ils y ont cru, ils l’ont fait avec nous !
Quand nous avons véritablement démarré le projet, en 2009, je prends Jacqueline à témoin, nous n’envisagions pas vraiment tout ce que cela impliquait, nous n’avions pas véritablement mesuré la hauteur des montagnes qu’il faudrait soulever…


Pour autant, nous sommes aujourd’hui sur le point d’y arriver, malgré les ultimes difficultés qu’il aura fallu surmonter :
Je ceux parler de l’abandon du projet cet automne par le jeune médecin qui devait s’installer, le Dr Wimel, que nous devrions finalement remplacer par une autre jeune médecin, le DR Paire Tavernier, sous un statut très différent de salariée de l’hôpital de Roanne, mise à disposition de la MSP.
Une convention de partenariat est en préparation entre la Commune, l’hôpital, la Sécurité Sociale et l’Etat (Agence Régionale de Santé), pour mettre en place ce partenariat pilote qui devrait permettre aux patients de bénéficier en 2012, comme à l’hôpital, du tiers payant lors des consultations (l’installation d’un médecin libéral est toujours en projet pour 2013).
Pour être tout à fait juste, nous avons également perdu un kiné (début 2011, alors que le chantier venait de démarrer), mais nous avons retrouvé trois à l’été et nous venons de perdre également le pédicure podologue, M. Moutton, qui est en principe,  déjà remplacé… L’important est de garder le moral !!!
Plus sérieusement, il faut comprendre qu’en 2 ans, la situation de chacun change, les perspective de carrière évoluent… il n’est pas complètement anormal et scandaleux que certains puissent évoluer dans leurs engagements.
L’important, en fin de compte, c’est que nous ayons, aujourd’hui, des professionnels qui s’installent et qui soient motivés.
Tout cela n’aurait pas été possible, je dois le dire, sans l’immense travail et le complet dévouement dont à fait preuve, dans ce dossier, notre jeune infirmière retraitée, Michelle MULSANT.
C’est elle qui réunit depuis deux ans les professionnels, qui gère les relations entre eux, entre eux et l’architecte, entre eux et la commune, entre eux et l’agence régionale de Santé. Sans elle, nous n’aurions pas pu mobiliser les professionnels et nous n’aurions probablement pas retrouvé les professionnels que nous avons perdu : Un grand merci à toi Michelle !
Je veux parler aussi des petits soucis que nous pouvons connaitre dans le déroulement des travaux, qui n’ont rien d’anormal pour qui connait un peu le fonctionnement des gros chantiers… Vous me permettrez, en passant, de saluer le très grand professionnalisme de l’entreprise PIERREFEU de Régny, qui a réalisé, comme toujours, un travail remarquable sur ce chantier : ce n’est surtout pas à eux que nous allons faire des reproches… Au final, nous allons subir quelques jours de retard, mais la maison de santé ouvrira ses portes dans moins d’un mois. Je salue à cette occasion le travail de Jean-Paul GEY, qui suit régulièrement le chantier depuis un an, aux côtés de l’architecte, M. SANTORO (je crois qu’il n’a pas loupé une réunion !), merci Jean-Paul.
La maison de santé ouvrira donc début février et elle accueillera :
deux Médecins, les Drs Jean-Paul DEVEAUX et Françoise PAIRE TAVERNIER,
deux infirmières, Mmes Maria PINA et Martine RENOUX,
trois kinés (à temps partiel), Mme Isabelle RIGOT, MM René GANIER et Renaud WILLEMSE,
Une psychologue, Mme Charlotte ANSELMINI (à son retour de congé maternité),
Un pédicure podologue,
Sans oublier les services médico-sociaux du Conseil général (assistante sociale et protection maternelle et infantile) et de la médecine du travail qui s’installeront au rez-de chaussée.

Je voudrais enfin rappeler les projets qui devraient être réalisés au cours de l’année 2012, avec l’aide précieuse du Conseil général, si nos finances le permettent :
Le dojo qui sera accolé à la salle des sports  (les travaux vont démarrer prochainement) et le réaménagement d’un terrain pour la pétanque,
la mise en sécurité de la rue de Bassy, devant les écoles,
le désenclavement du quartier des bois,
la réalisation du Plan Communal de Sauvegarde.
A cela, il faut ajouter les travaux qui doivent être réalisés par l’EPORA, avec le bénéfice des Fonds Barnier : la démolition partielle de la cité Mollon et la démolition complète de la cité Schneider, cette opération d’ensemble devant  nous permettre de redécouvrir les berges du Rhins dans la traversée du village.
Pour terminer sur le chapitre communal, j’évoquerai rapidement les derniers dossiers qui devraient nous occuper jusqu’à la fin du mandat :
le CoCA (Contrat Communal d’Aménagement) que nous devrions signer prochainement avec le Conseil Général, qui devrait nous permettre de réaliser divers aménagements urbain,
la mise aux normes / reconstruction maison de retraite (une étude est déjà lancée par l’EPORA),
la négociation en vue d’acquisition des Terrains et peut-être de la gare SNCF (projet de ZA)
la rénovation de l’éclairage public /dissimulation des réseaux électriques et téléphoniques dans le centre-bourg par le SIEL,
la suppression des branchements plomb par le SRLN.
Tous ces chantiers, nous allons les commencer et la prochaine équipe que nous  élirons, dans deux ans, aura la charge de les terminer.

Il est, malheureusement, un domaine où nous sommes très insatisfaits : celui de l’intercommunalité.
Sans rentrer dans les détails, nous sommes en opposition avec la CoPLER sur la vision de l’avenir de nos territoires :
Vouloir entrer dans un SCOT avec Feurs plutôt qu’avec Roanne,
Vouloir absolument rester seuls alors que nos voisins de Perreux rejoignent le grand Roanne.
Nous sommes aussi fréquemment opposition sur la méthode.
Je ne citerai qu’un exemple : la CoPLER a souhaité mettre en place cette année un dispositif de répression et de sanction financière des usagers récalcitrants au tri sélectif : je m’y suis opposé.
Si je suis en pour le tri sélectif et si j’entends bien l’encourager,  je suis tout à fait contre la pratique qui conduit à autoriser la fouille des sacs et de bacs par les agents de la CoPLER non assermentés, qui devait aboutir à une facturation forfaitaire et arbitraire de 75 € de frais pour les erreurs de tri. Cette pratique est interdite, par arrêté du Maire, sur la Commune de Régny et j’entends bien faire respecter cette interdiction.
Pour le reste, soyons clairs, même si nous considérons que la double décision du Préfet d’intégrer la CoPLER  au SCOT Loire Centre et de la maintenir seule dans son périmètre actuel, est une erreur historique, elle s’impose aujourd’hui à nous.
Nous demeurons convaincus de la justesse et de la légitimité de nos positions… Pour autant, nous sommes minoritaires au sein de la CoPLER et nous risquons fort de ne rien voir bouger avant 2014 !
Nous venons pourtant d’obtenir un premier résultat positif : le changement de régime fiscal, vers la fiscalité unique des entreprises. Concrètement, dès le 1er janvier 2012, la nouvelle fiscalité locale des entreprises sera perçue directement par la CoPLER, qui reversera « à vie » à la commune un montant équivalent au produit perçu en 2011 ; ce n’est pas rien et j’en prends à témoin l’ancien Maire de Saint Victor qui a eu à subir l’impact sur les ressources de sa commune, il y a quelques années, de la fermeture de sa plus grosse entreprise : il sait de quoi je veux parler…
C’est une première victoire, au goût amer : le Préfet a obtenu de la CoPLER, sous la contrainte (c’était le prix à payer pour rester seuls), ce que nous réclamions depuis 2008. Inutile de dire que la CoPLER y va sans conviction et sans qu’un projet global de développement économique ait été véritablement pensé et partagé.
Concrètement, la CoPLER a dorénavant en charge toutes les questions de développement économique. Après le site industriel du forestier, c’est à elle que reviendra la décision d’intervenir (ou pas) pour favoriser la restructuration du site industriel JALLA/DESCAMPS, d’en aménager l’accès ou d’y installer des entreprises, d’aménager le site de la gare en zone d’activités… Ce n’est pas gagné !!!!

Voilà pour le chapitre de l’intercommunalité, je pourrai en parler des heures, c’est un sujet que je connais bien et qui me passionne, mais je n’en dirai pas plus car je ne veux pas gâcher cette soirée !
Sachez simplement que nous restons combatifs, que nous continuerons à militer pour le rapprochement de Régny et de la CoPLER avec le Grand Roanne et nos voisins du canton de Perreux, avec la certitude que la logique et la raison permettront de faire fi des positions et des ambitions personnelles qui s’opposent à cet élargissement, et  finiront par l’emporter.
Il faut être bien conscient que l’intercommunalité prendra de plus en plus d’importance à l’avenir : dès les prochaines élections municipales, en 2014, vos représentants à l’intercommunalité seront élus au suffrage universel direct : cela devrait changer beaucoup de choses.
Je vais enfin céder la parole à notre Conseiller Général, que veux remercier chaleureusement, car il nous a aidé à financer un grand nombre des réalisations de ces 4 dernières années, de la voirie à l’assainissement, en passant par l’étang du chavenan ou les équipements sportifs …, en espérant qu’il ait quelques bonnes nouvelles à nous annoncer et pas trop de mauvaises…
Mais avant de céder la parole à M. CHARTIER, je veux saluer ici une personne qui m’est très chère et qui subi, plus que n’importe qui d’autre, mon absence, ma vie de fou et mon engagement en tant que Maire de Régny, je veux parler bien sûr de mon épouse, Laurence DAUVERGNE, que j’embrasse et que je remercie du fond du cœur !
Monsieur le Conseiller Général, je vous cède la parole.
Bonsoir et bonne et heureuse année à toutes et à tous !

 

Newsletter

Restez informé(e) : abonnez-vous à la newsletter.
Conditions d'utilisation